Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 01:44


Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 13:42

Résoudre les problèmes de transport dans l’agglomération foyalaise

 

Didier Moullet et Pascal Saffache

Université des Antilles et de la Guyane

 

Il existe aujourd’hui de nombreux outils susceptibles de favoriser la mise en place d’un développement urbain cohérent ; néanmoins, pour que ces derniers soient efficaces, ils doivent impérativement s’inscrire dans la durée et s’appliquer à un périmètre homogène. A l’instar de ses homologues de France hexagonale, la carte administrative de la Martinique est sujette à un certain nombre de modifications depuis quelques années ; l’élan intercommunal s’est inscrit d’abord sous la forme syndicale avant de déboucher vers une configuration plus complexe, comme les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.

D’une certaine manière, la prise en compte d’un périmètre approprié est un élément nécessaire lors de l’élaboration d’outils de planifications visant à rationaliser ou réorganiser un espace ; les EPCI sont des outils de rationalisation et d’organisation spatiale qui permettent de favoriser le développement économique local, mais également d’améliorer la politique d’aménagement des communes membres de cette structure.

Si nous prenons l’exemple de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM), il apparaît que sa politique urbaine est régie par la loi sur la Solidarité et le Renouvellement Urbain (SRU) et on peut considérer que le volet « déplacement » de cette loi est le fer de lance de la CACEM qui souhaite mettre en place un Plan de Déplacement Urbain communautaire (PDU). Certes, il s’agit d’un outil qui peut présenter certains avantages pour relancer une politique de déplacement dans cette partie de l’île, mais est-ce raisonnable d’organiser un PDU dans un EPCI ou les communes membres recèlent l’essentiel des ressources financières de l’île, créant de ce fait une aggravation des déséquilibres spatiaux.

 

A travers son PDU, la CACEM souhaite rationaliser son espace en aménageant le transport urbain au sein de son périmètre communautaire malgré un mode de transport interurbain existant qui se manifeste notamment par la présence des « taxis collectifs ». Par conséquent, ces éléments nous permettent de croire que la nouvelle politique de transport de la CACEM ne sera pas une tâche aisée et elle risque d’avoir des conséquences indéniables sur les « taxicos » qui organisent actuellement le transport collectif dans le périmètre communautaire de cet EPCI.

Bien que le PDU de la CACEM soit intéressant, certaines orientations semblent peu convaincantes, car difficiles à mettre en œuvre. Pour ne prendre qu’un exemple, si d’un point de vue théorique la décongestion de la rocade passe par le développement d’axes transversaux, la réalisation de ces derniers risque de se heurter à la topographie. Du point de vue des transports urbains, l’une des priorités de la CACEM consisterait à mettre en place un système similaire à celui du délégataire actuel de la ville de Fort-de-France. Force est de constater qu’il ne s’agit nullement d’une avancée, car ce mode de transport communautaire sera soumis aux mêmes contraintes que celles que connaît quotidiennement l’actuel délégataire de la ville de Fort-de-France : embouteillage aux portes du chef-lieu et paralysie au sein de la ville. Dans ces conditions, on voit mal comment ce nouveau système de transport urbain pourrait relever le défi d’un transport de passager efficace au sein du périmètre communautaire, et ce malgré la bonne volonté et les efforts des maires des quatre communes concernées. D’une certaine manière, l’élan en matière de transport doit concerner l’ensemble de la Martinique et pas uniquement les quatre communes de cet EPCI ; en ce qui concerne le transport, cette réalité fonctionnelle dépasse largement les limites de la CACEM et rien ne nous permet de comprendre pourquoi cet effort devrait s’arrêter aux portes de cet EPCI. 

Un des projets les plus ambitieux est certainement celui du Transport collectif en site propre (TCSP). Il ne s’agit pas d’un simple couloir de bus séparé du trafic routier, mais d’un véritable mode de transport collectif venant renforcer les autres modes de transports (automobile, deux roues, bus, etc.). Il n’en demeure pas moins qu’en dépit de son caractère ambitieux, ce projet risque d’être freiné pour des questions financières (coût très élevé) mais aussi topographiques, lithologiques ou encore en raison des nombreuses habitations qu’il conviendra de déplacer. Tout cela pourrait très rapidement conduire les porteurs du projet à une révision du tracé, ou un abandon pur et simple du projet.

Le Conseil Régional souhaite, lui aussi, porter sa pierre à l’édifice en mettant en place un TCSP interurbain entre la commune du Lamentin et celle de Fort-de-France ; cette ligne devrait être opérationnelle en 2011, mais de nombreuses zones d’ombres demeurent notamment en ce qui concerne le franchissement des échangeurs de l’autoroute.

La CACEM doit également mettre en place un TCSP urbain au sein de son périmètre communautaire et l’essentiel des difficultés rencontrées par le projet régional seront ici similaires pour ne pas dire dans certains cas précis magnifiées ; le tracé du TCSP de la CACEM est quasi impossible en de nombreux points sans un déplacement important des habitants. De plus, les administrés de cette agglomération souhaitent des résultats efficaces et rapides ; l’étirement de ce projet sur une durée de 15 ans et son coût exorbitant ne laisse rien présager de bon. Une fois de plus, l’administré aura l’impression que rien n’est fait pour résoudre les problèmes du transport en Martinique.

 

En définitive, la CACEM ne pourra répondre seule à un problème qui perdure depuis plusieurs années. La mise en place d’une autorité organisatrice du transport au sein de ces quatre communes est en grande partie absurde et il conviendrait, pour un espace aussi exigu que la Martinique, de mettre en place une autorité organisatrice unique couplée à une exploitation globale du transport ; cela permettrait d’éviter cette rupture d’effort entre la CACEM et les autres communes qui devront œuvrer dans leur propre périmètre. En outre, les réalités de déplacements à la Martinique s’organisent au sein d’une aire bien plus importante que celle du seul périmètre de la CACEM ; par conséquent, ne faudrait-il pas s’interroger sur l’efficacité de tous ces projets à long terme ?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 12:36

GRÈVE GÉNÉRALE 300 avis dans le forum et des sondages pour savoir ce que pense la Martinique

franceantilles.fr 26.01.2009

Pour ou contre la grève, vous avez la parole. Découvrez ce que pensent les internautes.
Quel est votre sentiment sur le mouvement de grève générale ? Grace aux mini sondages que nous vous proposons, vous pouvez faire entendre votre voix et découvrir ce que pensent les internautes.
Vous pouvez aller plus loin en nous laissant votre commentaire.
Exprimez-vous !


Faites ce sondage en cliquant sur ce lien
lien























Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Kaloukaera French West Indies
  • : Ce blog est créé depuis le début de la grève du 5 février 2009 en Martinique et je n’ai rien d’autres à faire que de mettre en ligne des informations diverses ! Vous y trouverez de tout, de l’actualité concernant les départements français d’Amérique et bien d’autres choses !
  • Contact